Des policiers américains se sont rendus à la morgue pour déverrouiller le téléphone d'un mort avec son doigt sans succès.
En Floride, des policiers se sont rendus à la morgue pour tenter de déverrouiller le téléphone d’un homme avec son doigt, dans le cadre d’une enquête, comme le révèle le Tampa Bay Times. Linus Philipp 34 ans, avait été tué le mois dernier à Fargo dans le nord de l'Etat, par des policiers, après avoir voulu échapper à un contrôle.

Les deux détectives qui se sont rendus à la morgue n’ont pas réussi à déverrouiller le téléphone du mort. Si l’action est légale, elle pose des questions de moralité.

Le quatrième amendement caduc
Selon Charles Rose, un professeur de droit cité par le Tampa Bay Times, les morts ne peuvent être protégés par le quatrième amendement, qui protège contre les perquisitions et saisies de propriétés, car on ne peut rien posséder une fois mort. Les seuls habilités à le faire sont les héritiers des dites propriétés.

La fiancée du défunt présente à la morgue lors de l’opération, a assuré s’être sentie "violée" dénonçant l’irrespect des autorités.

Les policiers bénéficiaient d’une fenêtre de 48 à 72 heures pour déverrouiller le téléphone. S’ils ont bien récupéré l’appareil dans les temps, l’accès au corps et au doigt du défunt, s’est fait trop tard.

G.D.