Alexandre Benalla refuse de se rendre devant le Sénat avant la fin de l’enquête judiciaire



« Il ne veut pas faire des déclarations qui lui seraient reprochées », dit son avocat. « Dès qu’un citoyen est convoqué, il doit s’y rendre », a répondu le corapporteur de la commission d’enquête.


Partager (53) Tweeter

L’avocat d’Alexandre Benalla a fait savoir, mardi 11 septembre sur LCI, que son client refusait de se rendre devant la commission d’enquête sénatoriale avant la fin de l’instruction judiciaire dans laquelle il est mis en examen pour des violences contre un manifestant le 1er mai à Paris.

« Il ne veut pas aller devant une commission faire des déclarations qui lui seraient reprochées par les magistrats instructeurs », a déclaré Me Laurent-Franck Liénard. L’ancien chargé de mission de l’Elysée « accepte de répondre aux questions de la commission sénatoriale sitôt l’instruction close ».

Alexandre Benalla « n’est pas convoqué jusqu’à présent » par la commission d’enquête sénatoriale mais devra se présenter « s’il est convoqué, ce qui est plus que probable », a déclaré Jean-Pierre Sueur (PS), corapporteur de la commission d’enquête du Sénat. « Le fait d’être mis en examen ne dispense pas de répondre à une convocation », a-t-il ajouté, en réponse à l’avocat d’Alexandre Benalla, qui a affirmé que son client était convoqué le 19 septembre mais qu’il ne s’y rendrait pas avant la fin de l’instruction judiciaire.

Comme à l’Assemblée, les convocations devant des commissions d’enquête ne sont pas facultatives ; la personne qui refuse de comparaître, de prêter serment, de déposer ou de communiquer les documents demandés, est passible d’un emprisonnement de deux ans et d’une amende de 7 500 euros.


Reprise des auditions

Après une pause estivale, la commission d’enquête sénatoriale reprenait ses auditions cette semaine. Le chef de cabinet d’Emmanuel Macron, François-Xavier Lauch, sera auditionné mercredi 12 septembre. La commission des lois du Sénat, dotée des prérogatives d’une commission d’enquête, a également prévu le même jour l’audition du général Eric Bio-Farina, commandant militaire de la présidence de la République, et de Maxence Creusat, commissaire de police à la direction de l’ordre public et de la circulation de la préfecture de police de Paris.

Philippe Bas, le président de la commission d’enquête sénatoriale, a affirmé dans une interview au Figaro, le 6 septembre, qu’il n’excluait pas d’entendre le protagoniste de cette affaire, Alexandre Benalla, accusé de violences lors des manifestations du 1er mai à Paris. M. Bas ne croit pas à la « thèse officielle », selon laquelle M. Benalla était « un employé qui se consacrait uniquement à une fonction d’organisation sans prendre part à la protection du président ».

Depuis les premières révélations du Monde, à la mi-juillet, M. Benalla a été mis en examen pour « violences en réunion n’ayant pas entraîné d’incapacité », « immixtion dans l’exercice d’une fonction publique », « port public et sans droit d’insignes réglementés », « recel de détournement d’images issues de la vidéoprotection » et « recel de violation du secret professionnel ».

Nos explications : Affaire Benalla : cinq questions en suspens avant l’audition du directeur de cabinet de Macron
Notre sélection d’articles sur l’affaire Benalla

Retrouvez nos principaux contenus liés à l’affaire Benalla, du nom de l’ex-collaborateur d’Emmanuel Macron que Le Monde a identifié en train de molester un manifestant en marge des manifestations du 1er-Mai.

Mercredi 18 juillet, Le Monde publie ses premières révélations et écrit avoir identifié Alexandre Benalla sur une vidéo mise en ligne dès le 1er mai sur YouTube.
D’une ZUP d’Evreux jusqu’au premier cercle du président : récit de l’ascension mystérieuse de cet homme.
Benalla, Mizerski, Crase... qui sont les personnages-clés de l’affaire ?
Que s’est-il passé précisément place de la Contrescarpe ? Retour sur le déroulé des événements.
A l’Assemblée, une commission d’enquête présidée par la députée LRM Yaël Braun-Pivet a mené des auditions. Une semaine plus tard, l’opposition claque la porte accusant l’Elysée de vouloir « torpiller » les travaux.
Le point sur les auditions de : Gérard Collomb, ministre de l’intérieur ; Michel Delpuech, préfet de police de Paris ; Patrick Strzoda, directeur de cabinet de l’Elysée.
Dommage collatéral, l’examen de la révision constitutionnelle a été suspendu et ne reprendra pas avant la rentrée et le gouvernement a dû faire face à deux motions de censure de l’opposition, toutes deux rejetées.
Après une semaine de silence, Emmanuel Macron s’est finalement exprimé devant des députés, dans un discours que nous avons décrypté point par point.
Affaire d’Etat ou non ? Oui, car il y a eu dissimulation estiment certains ; non, car l’Etat n’as pas commis d’acte délictueux, avancent d’autres.
Les auditions des gardes à vue de M. Benalla et des quatre autres personnes mises en examen ont permis d’éclairer les faits qui leur sont reprochés.
Plus d’une semaine après les révélations du « Monde », l’ex-chargé de mission de l’Elysée, Alexandre Benalla, a accepté de répondre longuement à nos questions dans un entretien exclusif.



Le Monde